La méthode BISOU

Dernière mise à jour : 18 juil.


Shopping BISOU
Le contenu de ce sac doit passer le BISOU

Sous ce nom tout mignon se cache un outil imparable contre les achats impulsifs !

Une méthode simple et efficace pour faire des économies et éviter d'encombrer son chez-soi avec des achats inutiles.

Parce que le rangement passe aussi par une consommation différente, et que, si vous vous désencombrez, ce n'est pas pour avoir plein de nouveaux trucs qui vous encombreront...

Et oui, c'est aussi ça mon boulot de home-organiser, vous aider sur le long terme.


Qu'est-ce donc que la méthode BISOU ?


La méthode BISOU a été créée par Marie Duboin et Hervelin Verbeken en écrivant leur livre "J'arrête de surconsommer ! " en 2016.

Elles l'ont développé en détail dans une deuxième livre "l'abus de consommation responsable rend heureux".

C'est donc, comme le nom du livre l'indique, un outil pour arrêter de surconsommer.

C'est un moyen mnémotechnique simple pour vous poser les bonnes questions lorsque vous faites des achats et que vous avez une envie soudaine.

Sans plus de cérémonie, je vous révèle la signification de cet acronyme !


méthode bisou en détail

Nous pouvons maintenant décortiquer tout ça !


B pour besoin


À quel besoin cet achat répond-il chez moi ?


Réfléchir à ce qui motive cet achat.

Est-ce que j'ai besoin de me consoler parce que la vie n'est pas rose en ce moment et qu'avec ce joli jean ça ira mieux ?

Est-ce que j'ai besoin de me conformer parce que tout le monde a un portable dernière génération de nos jours et que le mien a déjà 2 ans ?

Est-ce que j'ai besoin de me rassurer parce que j'ai peur de vieillir et d’être abandonné que je dois soudainement acheter cette crème anti-âge hors de prix à l'extrait de licorne ?

Est-ce que j'ai besoin de me rassurer en achetant un énième jouet à mon enfant de peur qu'il m'aime moins ?

Bref ! Qu'est qui vous motive vraiment à faire cet achat ?


Énormément d'achats sont régis par des peurs, peurs elles même crées par la société.

Envie d’être comme les autres : peur d'être rejeté

Envie d’être plus beau/belle : peur d’être "moche" et mal aimé

Envie de sembler plus jeune : peur de vieillir

Envie d’être plus féminine : mais ça veut dire quoi être féminine finalement ?

Plus musclé, plus mince, plus intelligent, plus rapide, plus plus !

Et si on se posait deux secondes pour souffler et réfléchir vraiment aux besoins qu'on a pour se sentir bien, et pas pour se sentir "plus", juste bien.


Une fois que vous savez pourquoi vous avez envie de cet objet, si c'est à cause de la société, du marketing, de votre mère ou vraiment une envie qui vient de vous, vous pouvez l'acheter ou le reposer en toute conscience.

(Parfois, ça demande un peu de déconstruction sur notre société, la vie, les relations, la famille, bref, tout un programme.)


Attention, au début, quand on repense au B pour besoin, on peut vite se tromper de question.

Ce n'est pas "Ai-je besoin de cet objet ?" sinon ça fait doublon avec le U, c'est bien : "À quel besoin cet achat répond il chez moi ?"


Et si la réponse à cette question vous convient, on passe à la suite.


temps coach en rangement

I pour immédiat


En ai-je besoin immédiatement ?


Dans notre société où tout va très vite, ou les magasins changent de collections toutes les 2 semaines, où nous avons de moins en moins le temps et où il faut toujours faire plus et plus vite ! Il est parfois dur de se poser deux minutes et de se demander si on a vraiment besoin de cet objet tout de suite.


Et ça, les magasins l'ont bien compris. Promotion a duré très courte, vente flash, fin de série à prix défiant toutes concurrences, toutes ces choses ne nous donnent pas le temps de réfléchir puisque nous avons peur de passer à côté de la bonne affaire !


Mais pourquoi se poser cette question, si je l'achète maintenant et que j'en ai besoin dans deux semaines, je l'aurais déjà avec moi au moins.

Si c'est vraiment quelque chose auquel vous pensez depuis un moment d'accord, mais si c'est une envie soudaine ... bof.


Parfois, quand je vais dans un magasin et que je vois quelque chose qui me plaît mais que j'hésite, je ne l’achète pas. (Wahou... Super technique...) Mais ! Si jamais j'y repense les jours suivants et que j'en ai toujours envie, je retourne l'acheter. (cette technique ne fonctionne qu'avec les magasins facilement accessibles...)


Il n'est pas forcément utile d'avoir tout, tout de suite, et il est parfois plus utile de prendre son temps pour faire un achat plus raisonné et utile.


S pour semblable


Ai-je déjà quelque chose de semblable ?


Là, c'est simple, pourquoi avoir plusieurs fois le même objet qui répond exactement au même besoin ? Pourquoi avoir 3 pulls noirs identiques ? Au cas où ? Mais "au cas où" quoi ? Une petite peur de manquer peut-être ?

Je vous renvoie à mon article le syndrome "ça peut toujours servir" si vous voulez creuser.

Je n'en dirais pas plus, vous avez compris l'idée, si vous l'avais déjà ou si vous avez quelque chose qui remplis la même fonction, vous n'en avez pas besoin, passez votre chemin.

Étiquette produit surconsommation
Etiquette fictive, mais c'est presque ça

O pour origine


Quelle est l'origine du produit ?


Et là, je ne vous parle pas seulement géographie, je vous parle de vos valeurs.

Écologie, santé, éthique, etc.

De quoi est composé ce produit ?

Dans quelle condition a t-il était fabriqué ?

Est-ce qu'il vient de loin ?

Est-ce qu'il est de qualité ?

Comment est-il emballé ? (bah oui le suremballage ça m’embête moi)

En bref, correspond-il à mes valeurs ?


Alors, oui, il faut un bac +7 pour déchiffrer les étiquettes et c'est compliqué de trouver un produit parfait.

C'est pour ça que cette question dépend des valeurs et des priorités de chacun.

C'est aussi une question d'habitude. Lorsqu’on trouve enfin sa délicieuse pâte à tartiner responsable, plus besoin de chercher.


Il ne faut pas non plus tomber dans la solastalgie. (c'est l'autre petit nom de l'éco-anxiété, on en apprend des trucs ici.) le plus important, c'est de faire de son mieux avec ses valeurs, et si vous faites ne serais ce qu'un peu attention, c'est déjà beaucoup et vous progresserez naturellement.


U pour utile


Cet objet va-t-il m’être utile ?


Et je veux bien sûr dire utile à VOUS ! Pas à votre voisin, à votre mère ou à votre frère, VOUS.

Ce qui est utile, c'est très subjectif. Parce que oui, tout peut paraître utile. (Sauf le coupe-banane... Oh mon Dieu ! Il est de retour !).

Et si on ne pense qu'aux besoins primaires (manger, boire, dormir,...), on ne risque plus de s'acheter grand-chose.

Il faut donc savoir ce qui est utile pour vous et si son utilisation justifie son achat.

Pourquoi acheter une liseuse si vous ne lisez jamais ?

"Tout le monde en a une et dit que c'est génial, je vais enfin me mettre à lire !"

Vous avez besoin de vous conformer peut-être ? (les questions du BISOU sont toutes un peu liées.)

Ce n'est pas un objet très cher qui va miraculeusement vous faire changer vos habitudes.

Si vous voulez vous mettre à lire, commencez par un livre.

Si vous voulez vous mettre au sport, commencez par une séance de sport avec ce que vous avez, pas besoin de s'acheter la tenue complète ni de se prendre un abonnement de 10 ans au club du coin.


"Si j’achète mieux, ça sera forcément mieux"


J'ai souvent observé ce phénomène lors de mes achats, surtout sur les produits technologiques, je m'explique par un exemple.

Bernard vient pour acheter un batteur électrique car il veut faire des blancs en neige. Il va regarder les différents batteurs, être un peu perdu et demander un avis au vendeur entre deux batteurs presque identiques.

Le vendeur va lui donner son avis et petit à petit le conduire vers un batteur de la gamme au-dessus parce que "si vous voulez faire de belles meringues, c'est ça qui vous faut !"

Bernard ne cuisine pas souvent, et il aime les gâteaux, mais sans plus. Mais c'est vrai que ce produit est vraiment pratique s'il veut faire une pâte à pizza ou des cookies, même des purées. Si jamais il se met vraiment à cuisiner un jour, il sera bien content de l'avoir.

Et voilà comment Bernard se retrouve avec un robot pâtissier à 400 euros au lieu d'un petit batteur à 50, robot pâtissier qui prend une place phénoménale.

Acheter "mieux" n'est pas forcément mieux pour VOUS.


On finit sur l'utile avec l'utilité dans le temps avec un exemple simple : j'ai envie de faire un trou dans mon mur et je n'ai pas de perceuse, et si j'en achetais une ?

Non, pour un seul trou, je vais plutôt chercher à en louer une ou a m'en faire prêter une (les voisins sont des êtres merveilleux)

Si ce n'est utile qu'une journée, peut-être que ce n'est pas utile de l'acheter.


achat impulsif vêtements

Bonus !


La méthode BISOU se base sur une envie d'achat. Donc, forcément, si vous utilisé cette méthode sur un produit, c'est que vous avez envie de ce produit.

Mais, vous êtes-vous déjà dit :


- "j'ai passé trop de temps avec le vendeur pour rien prendre, je vais acheter un truc."


Et bien non ! Repartez sans rien ! Parce que vous n'achetez pas pour faire plaisir au vendeur et ce n'est pas votre achat qui changera significativement sa paye.


- "j'ai essayé plein de trucs, je vais quand même pas repartir sans rien."

Votre énergie à trouver quelque chose qui vous plaît serait donc récompensé par un vêtement qui ne vous correspond pas...

Tournons la phrase différemment :

Pourquoi avoir mis tant d'énergie à essayer des vêtements afin de s'assurer que ce que j'achète m'aille bien si c'est pour finalement prendre un truc qui ne me va pas si bien.

Reposez vos 15 articles et offrez vous plutôt un bon resto entre amis.


- "J'avais dit que je devais trouver un pull aujourd'hui alors je vais m'en acheter un même s'il ne me plaît pas spécialement."

Et vous allez le mettre ? Parce que moi, je l'ai déjà fait, et je ne l'ai mis qu'une fois. Et en plus, j'ai culpabilisé de l'avoir acheté. Bref il n'y a rien qui va, si ça vous plaît pas, ça vous plaît pas et vous pouvez certainement survivre encore un peu avec ce que vous avez déjà.

encombrement vêtements

Suite à toutes ces réflexions, je commence toujours par me poser une question avant d'attaquer la méthode BISOU.


Est-ce que j'ai envie d'avoir et d'utiliser cet objet ?


Si c'est non, pas besoin d'aller plus loin.


Conclusion


Cette méthode vise surtout à vous redonner le pouvoir sur votre consommation, à vous poser les bonnes questions pour faire les bons choix, les vôtres.

Cela peut faire beaucoup de questions et d'introspections, ce n'est pas toujours confortable et ça peut faire peur, mais c'est quand même mieux d’être aux commandes que de subir non ?

Vos réponses ne seront jamais les mêmes que celles de votre voisin, et ce n'est pas bien grave, car c'est votre vie et votre avis qui a de l'importance lorsque vous faites un choix pour vous.

Personnellement, j'utilise la méthode BISOU presque automatiquement maintenant et comme par hasard, j’achète moins, et si j'achète moins, j'encombre moins ! Magie !

J'achète aussi mieux et je suis plus en accord avec moi-même et ça, c'est chouette.


Ceci n'est qu'un résumé rapide de ce merveilleux BISOU.


Livre méthode BISOU
Oui, c'est un livre de bibliothèque, vive ma bibliothèque !

Si vous voulez aller plus loin, je vous conseil le livre "L’abus de consommation responsable rend heureux" de Marie Duboin et Herveline Giraudeau qui décortique leur fameuse méthode, car chaque question en cache mille autres.

Il est très accessible, fait bien réfléchir sur nos habitudes de consommation et sur tellement d'autres choses. En plus, les autrices sont très drôles et touchantes. Enfin bref, j'ai beaucoup aimé le livre, allez le lire.


Maintenant, vous pouvez vous poser les bonnes questions quand vous faites un achat et si vous avez craqué sur un produit qui ne passait pas votre BISOU, ne vous en voulez pas trop, Rome ne s'est pas fait en un jour.


Belle journée et un gros BISOU !


173 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout