Zoom sur une mission de vide-logement

Dernière mise à jour : 29 avr.


maison à vider

Une mission de vide-logement est bien différente d'une mission de home-organising, particulièrement lors d'un deuil. C'est pourquoi j'avais envie de vous expliquer comment cela fonctionne, comment je peux vous apporter mon aide.


Il existe d'autres situations que le décès d'un proche qui peuvent nécessiter ce service. Un départ en retraite, un changement de carrière avec le local professionnel à vider, une maison à vendre, après un départ en ephad ou en maison de retraite.

La plupart du temps, on m’appelle après un décès, je vais donc me concentrer là-dessus pour vous expliquer mon fonctionnement.


Il existe beaucoup de situations différentes lors d'un deuil :

-Décès d'un parent, des deux parents, d'un conjoint, d'un enfant, d'un ami, d'un oncle, etc.

-Décès soudain, prématuré, longue maladie, suicide, accident.

-Certaines personnes se retrouvent seules pour vider la maison (enfant unique, seule personne pouvant s'en occuper, seule personne voulant s'en occuper.). D'autres sont plus ou moins nombreux, parfois avec des tensions familiales qui compliquent le tri.

Bref !

Nous allons prendre un personnage fictif pour y voir plus clair et ne pas partir dans tous les sens.


Je vous présente Christine qui vide la maison de ses parents suite à leurs décès pour la revendre.

Toute ressemblance avec des personnages existants ou ayant existé serait purement fortuite.

Cet article ne concerne que ma manière de gérer un vide-logement.


Étape 1 : la prise de contact

bureau rangez moi

Christine me contacte par mail, elle m'y explique rapidement la situation et me demande si je peux l'aider. Je lui propose un rendez-vous téléphonique d'une vingtaine de minutes pour qu'elle m'en dise plus et que je puisse lui expliquer comment je travaille. Le rendez-vous est pris. Je lui téléphone le lendemain. Christine m'explique plus amplement la situation et je lui pose des questions pour avoir toutes les informations qu'il me faut. Et j'ai besoin de beaucoup d'informations, du contexte entier. J'ai besoin de savoir qui est impliqué dans la succession, qui est susceptible de vouloir récupérer des objets et qui participera au grand tri. J'ai aussi besoin de savoir les circonstances du décès, car entre un accident soudain ou une longue maladie, entre un décès dans la maison ou à l’hôpital, le chemin du deuil est différent et les émotions à gérer ne sont pas les mêmes. Christine a 55 ans et vient de perdre sa mère suite à une longue maladie. Son père est décédé quelques années auparavant. Ils sont tous les deux décédés à l’hôpital. La mère de Christine habitait la maison familiale où ont grandi Christine et son frère Jean. Christine est mariée et a deux grands enfants de 28 et 23 ans, elle habite à moins de 20 km de la maison de sa mère. Jean, 50 ans, habite en Angleterre avec sa femme et leur fille de 15 ans. La maison est un plein pied de 90 m2 avec 2 chambres et un bureau ainsi qu'un garage, une petite cave et un grenier. La maison est bien remplie, une vie entière d'objets. Je lui demande aussi des choses plus personnelles, comment elle se sent par rapport à cette maison et au fait de la vider. Sa relation avec ses parents, avec son frère, les intentions de chaque membre de cette famille vis à vis des objets de la maison. Je lui demande si elle a envie de garder beaucoup de choses et si elle a de la place chez elle. Je lui demande aussi comment elle pense déplacer tout ce qu'on va trier. Christine a un peu peur de vider cette maison. Elle a peur de ne pas y arriver, que ça soit douloureux et qu'elle n'avance pas. Elle avait une bonne relation avec ses parents et a accompagné sa mère jusqu'à la fin. Son frère est loin, mais tente d'être le plus présent possible et il la soutient beaucoup. Il avait une bonne relation avec ses parents, bien qu'il était peu plus distant. Christine me dit qu'elle sera souvent seule pour vider sa maison. Ses enfants et son mari viendront à tour de rôle pour l'aider, parfois tous ensemble lorsqu'il faudra avancer plus vite. Jean culpabilise de ne pas pouvoir beaucoup l'aider, mais il va essayer de venir pour vider la maison. Christine a un peu de place chez elle, mais elle ne veut pas trop s'encombrer et Jean non plus. Après toutes ces explications, j'y vois déjà un peu plus clair et je peux lui expliquer ma manière de travailler. Je lui demande si elle a des questions et y réponds. Christine à besoin d'un peu de temps pour réfléchir et elle doit en parler avec sa famille et surtout son frère. Christine me rappelle deux jours plus tard pour confirmer son envie de travailler avec moi. Elle peut se libérer deux jours par semaine pour vider la maison et son frère va venir pendant une semaine lors du tri afin de s'en occuper. Cependant, il laisse carte blanche à sa sœur et il aidera au financement.

Christine sera donc mon interlocutrice principale. Nous convenons d'un rendez-vous pour faire la visite de la maison.


Étape 2 : la visite diagnostique

loupe et calepin professionnel de l'organisation

Je préfère toujours faire une visite diagnostique lorsqu'il s'agit d'une maison à vider, surtout lorsqu'il s'agit d'une surface importante.

Cette visite est gratuite et dure trente minutes maximum.


Christine m’accueille dans la maison de sa mère.

Quelques affaires ont déjà commencé à être bougées, mais la plupart des pièces sont restées intactes.

Christine me fait visiter toute la maison et nous ouvrons les placards et les tiroirs pour faire un état des lieux. J'ai besoin de tout voir dans les pièces à vider pour savoir à quoi m'attendre.

Je fais quelques photos avec la permission de Christine afin de ne rien oublier et pouvoir travailler de chez moi.

J'en profite pour poser des questions et en apprendre un peu plus sur la maison, sur Christine et sur sa famille.


À la fin de la visite, je lui fais par de mon avis et d'une première ébauche du planning de travail que nous allons devoir faire ensemble.


Je peux rentrer chez moi avec toutes les informations nécessaires.


Étape 3 : le travail en amont

bureau coach en rangement

Une mission demande toujours de la préparation.

Grâce aux photos et aux notes que j'ai prises, je peux travailler tranquillement de chez moi et élaborer le meilleur plan possible pour Christine et sa famille.


Christine pense qu'elle a besoin d'aide périodiquement. Elle pense que le plus dur pour elle est de démarrer une pièce et de trier certains endroits bien spécifiques (l'armoire de vêtement par exemple).

Elle souhaite que nous avancions plus vite lors de la venue de son frère afin qu'ils aient le temps de tout voir ensemble.

Je lui propose donc un devis avec 6 demi-journées (essentiellement le matin) ainsi qu'une journée complète et une matinée lorsque Jean sera en France.

L'idée est que nous commencions à trier avec Christine les pièces et les endroits les plus compliqués pour elle puis qu'elle puisse les finir sans moi et que nous préparions la venue de son frère pour être le plus efficace possible.


Je lui envoie mon devis et lui rappelle qu'il est toujours possible de le modifier en cours de route.

Pourquoi ? Parce que je ne suis pas là tout au long de ce travail. Je ne peux pas prévoir à quelle vitesse Christine et sa famille vont avancer seuls. Il est possible qu'ils aient besoin d'un peu plus d'aide que prévu ou au contraire, d'un peu moins.

Il est aussi possible que Christine ait juste besoin d'un coup de pouce pour commencer ce tri, et qu'elle n'ait plus besoin de moi après une ou deux interventions.

Lorsqu'on vide une maison, rien n'est jamais sûr. Les émotions peuvent prendre le dessus et tout ralentir ou au contraire tout peut s'accélérer.


Christine accepte mon devis, le signe et nous pouvons prendre rendez-vous pour les premières demi-journées.


De mon côté, je fais une fiche récapitulative personnalisée avec les différents lieux et sites où Christine et sa famille pourront donner, vendre, jeter les affaires une fois triées.

J'imprime mes fiches sur les papiers importants à garder après un décès et mes fiches sur le tri en déchetterie.


Étape 4 : la mission sur place


carton de déménagement pour vide logement

Nous pouvons commencer à vider cette maison.

Je me retrouve une matinée par semaine avec Christine et parfois un de ces enfants ou son mari, et même certaine de ses amies.


Tout d'abord, nous trouvons un endroit qui accueillera les résultats de notre tri.

Un endroit assez grand, facile d’accès et pas trop loin de la voiture.

Par chance, le garage n'est pas encombré et nous pouvons utiliser cette partie pour stocker les objets en transit.


Nous commençons par les pièces les plus "simples" avec le moins d'affect possible et nous prenons parfois des photos du lieu pour garder une trace.

La salle de bain ou la cuisine est souvent la bonne pièce pour démarrer. Il y a peu d'affaires personnelles et l'impression d'avancer y est très satisfaisante.


Vider une maison, c'est essentiellement trier et désencombrer, il n'y a pas de rangement ou de réorganisation puisque la maison doit être totalement vidée. J'aide donc Christine et sa famille à trier tous les objets en lui donnant des conseils, en l'aiguillant puis en optimisant le désencombrement afin qu'elle ne se retrouve pas à trier 3 fois la même pile d'objets (si si, ça arrive quand on est un peu perdu et fatigué).


Nous trions beaucoup et nous commençons à faire des piles et des sous-piles.


tri et pile de désencombrement

Les choses avancent plutôt vite, et même si des bouffées de nostalgie et d’émotions viennent parfois s'inviter dans le tri, elles sont accueillies et, après une petite pause, nous pouvons recommencer (ou parfois changer de pièces à trier si c'est trop dur pour le moment).


Nous avançons bien, et chaque demi-journée, je commence un travaille avec Christine qu'elle continue, voir fini seule, lors des jours suivants.

Elle emmène régulièrement les piles d'affaires déjà triées à leur destination finale, ce qui permet de bien voir le résultat de notre travail.


Lorsque son frère vient en France, nous nous attaquons à tout ce qui touche à leur enfance. Beaucoup de choses dans le grenier, des anciens jouets ou des livres d’école. Nous allons aussi trier les affaires plus personnelles de leurs parents, des bijoux, certains vêtements ou encore des papiers dans le bureau.

Je suis surtout là pour les aiguiller et structurer leur tri, je porte pas mal de cartons aussi ce qui permet de les laisser tranquilles lorsqu'ils ont besoin de se retrouver à deux avec leurs souvenirs.


Nous n'avons finalement pas besoin de changer le devis de base. (les personnages fictifs sont très pratiques)

Christine a travaillé à son rythme et l'aide apporter par sa famille à permis de finir de vider la maison dans les temps.


Étape 5 : et après ?

maison vide apres intervention home organiser

Après, il est temps pour moi de laisser cette maison vide et de souhaiter bonne chance à Christine et sa famille pour la vente.


Je vais lui envoyer la facture afin qu'elle puisse me la régler. Lorsque la mission dure longtemps, je demande un premier paiement des heures déjà effectué à mi-mission.


Je prendrai des nouvelles de sa famille quelques mois plus tard pour savoir si tout s'est bien passé, si les affaires triées ont toutes trouvé leurs places et si la maison a pu être vendue.

Je prends toujours des nouvelles de mes clients, vider une maison ça créé des liens et ça me fait plaisir de savoir que tout se passe bien ou de redonner un conseil au besoin.


Voilà, vous savez tout.

Si vous avez des questions, n'hésitez pas à aller voir ma page sur le vide logement ou à me contacter.

Je vous souhaite une belle journée et à bientôt.



42 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout